Actualités

Balade aux jardins du Rayol

Propriété du Conservatoire du littoral, le domaine du Rayol est un site naturel remarquable. Situé au pied du Massif des Maures et en face des Iles d'Hyères, dans le Var, cet ensemble de jardins regorge d'une riche biodiversité  et permet de découvrir les différentes végétations méditerranéennes. Interviews sonores du « jardinier en chef » et régisseur, Alain Menseau et d'Aurélia Leroux, coordinatrice pédagogique des jardins du Rayol. 

Retrouvez notre reportage sur le domaine du Rayol dans le dernier numéro de Provence Durable !

Plus d'infos :

www.domainedurayol.org

Photo : Domaine du Rayol

 

 

Ciné-débat : "Comment nourrir l'avenir ?", le 22 avril, à Manosque

Par Philippe Courbon (Conférencier –Educateur de Santé nutritionniste – Consultant)  et l’association AGRI BIO 04
 

Le film Comment nourrir l'avenir ? sera projetté vendredi 22 avril 2016, à Manosque (04), au cinéma Le Lido. La séance sera suivie d'un débat animé par le nutritionniste Philippe Courbon et l'association AGRI BIO 04.

La malbouffe d’un côté de la planète et la famine d’un autre, ne sont pas une fatalité. Les questions de partage planétaire, de souveraineté alimentaire, de protection de l’environnement, de santé publique, de qualité de nos aliments, s’entrecroisent quotidiennement dans nos assiettes. A l’heure où la question de démographie planétaire est si souvent évoquée pour justifier l’impuissance des gouvernances et la spéculation éhontée du “marché de la faim”, il importe de questionner nos modes de vies, nos habitudes alimentaires, nos méthodes de productions agricoles. Cette soirée placée le 22 avril , Journée mondiale de la Terre, en cette année 2016, Année internationale des Légumineuses, se veut une contribution à informer, sensibiliser, partager et ouvrir l’horizon sur “Comment nourrir l’Avenir”. Une histoire d’alimentation certes, mais plus encore une invitation à l’Espérance d’un monde plus juste, plus respectueux, et d’une civilisation du partage


Le Film 

Réalisé par Jean-James Garreau, Docteur en Biologie, et Kevin Garreau, cinéaste, ce documentaire audio-visuel de 75 minutes tente de répondre à la question cruciale sur l’avenir alimentaire : comment nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 ? Ce documentaire dresse tout d’abord un état des lieux des habitudes alimentaires dans les pays développés. Il retrace rapidement l’évolution de cette consommation au cours du siècle dernier (en expliquant très succinctement les tenants psychologiques d’une telle évolution) et compare ces habitudes à celles des pays peu développés. Il s’attarde plus particulièrement sur la surconsommation des protéines animales dans les pays développés, à savoir 70% de protéines animales consommées pour 30% de protéines végétales


 

Soirée co-organisée par le Cinéma Le Lido, le Cabinet IDEE, l’Association AGRI BIO 04 - Tarif : Ciné Lido 7 euros / abonnés 5 euros

Visonner la bande annonce sur :  www.commentnourrirlavenir.com

 

Chronique - Nucléaire : déconstruire la vérité officielle

Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, le tableau officiel de l’énergie atomique ne semble pas avoir été retouché. Particulièrement en France, où la majeure partie de l’électricité produite est d’origine nucléaire.

Dans cet ouvrage, Yves Lenoir, ingénieur de formation et président de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus, analyse les éléments qui ont construit le système international de normes relatif au nucléaire. Système à l’origine du rapport culturel entretenu par nos sociétés vis-à-vis de l’atome. Au travers d’une enquête historique, l’auteur revient sur le prosélytisme effectué dès le début du XXe siècle pour promouvoir l’atome. Et sur les campagnes de publicité qui, dans les années 1950, présentent cette énergie comme un produit miracle. Yves Lenoir s’intéresse surtout à la façon dont les référentiels de protection des populations en cas d’accident ont été définis. Sa conclusion : ils ont été créés en dehors de tout processus démocratique en minorant les effets délétères de la radioactivité sur la santé et l’environnement.

La comédie atomique - L’histoire occultée des dangers des radiations, Y. Lenoir, La Découverte, 2016, 320 pages, 22 euros

Nouveaux OGM : 7 associations de la société civile claquent la porte du haut conseil des biotechnologies

Par France Nature EnvironnementLes Amis de la TerreLa Confédération PaysanneFédération Nationale d'Agriculture BiologiqueGreenpeace, Réseau Semences PaysannesUnion Nationale de l'Apiculture Française

Le sujet des nouveaux OGM mérite un réel débat sociétal et scientifique, impossible au sein du Haut Conseil des Biotechnologies. C’est pourquoi aujourd’hui, nos sept organisations de la société civile (Les Amis de la Terre, la Confédération paysanne, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, France Nature Environnement, Greenpeace, le Réseau Semences Paysannes et l’Union Nationale de l’Apiculture Française) démissionnent conjointement de cette instance, aux mains des lobbyistes de l’agrochimie et des OGM.

Après plusieurs mois de travaux, nos organisations font le constat amer que tout débat sur la question des nouveaux OGM est forcément tronqué au sein du HCB. Malgré de nombreux dysfonctionnements, nous avons de nombreuses fois tenté de porter la voix de la société civile en son sein. Peine perdue puisqu’aujourd’hui le HCB, avec la complicité du gouvernement français, méprise tout avis contradictoire aux intérêts de l'industrie des OGM.

Censure du HCB et complicité du gouvernement

La censure par le HCB d’un avis scientifique divergent pointant les risques des nouveaux OGM en février dernier a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Nos organisations avaient alors suspendu leurs travaux, attendant que cet avis rédigé par Yves Bertheau, directeur de recherche à l’INRA, soit enfin rendu public et transmis aux autorités françaises et européennes par le HCB. Deux mois plus tard, ce n’est toujours pas le cas et le HCB s’acharne à dissimuler toutes les données scientifiques qui remettent en cause les nouvelles techniques de modification génétique. Résultat : le gouvernement français se base sur un vrai-faux avis scientifique totalement partial, drapé d'une consultation de la société civile qui n'a jamais été menée à son terme. Ce vrai-faux avis est également sur la table de la Commission Européenne en tant que référence française.

L’enjeu est absolument crucial puisque la Commission européenne, après 8 ans de controverses sur le statut de ces nouveaux OGM, publiera prochainement une interprétation juridique, en ayant le vrai-faux avis comme référence française. C’est sur cette base qu’elle décidera de l'exclusion ou non de la réglementation OGM (directive 2001-18) de ces  nouvelles techniques de modification génétique. Si elles en étaient exclues, les organismes issus de ces techniques pourraient être librement cultivés en échappant à toute évaluation, traçabilité et  étiquetage OGM en Europe, avec les risques pour la santé, l’environnement, les pratiques agricoles et la sécurité alimentaire que cela engendre. Elles faciliteraient par la même occasion la brevetabilité du vivant.

Nous ne ferons pas partie de cette mascarade, qui veut nous faire croire à tous que ces nouvelles techniques de modifications génétiques ne sont que de simples mécanismes naturels de mutation. Nos organisations restent cependant prêtes à travailler dans un cadre réellement démocratique et transparent, où les décisions ne sont pas prises avant même que les débats ne soient entamés, où les positions divergentes puissent être entendues et retransmises.

La prise en compte des demandes de la société civile relève de décisions politiques. Nos organisations continueront à se mobiliser et à alerter l'opinion publique sur ce sujet.

Photo : Pixabay

INTERVIEW SONORE - Azzura Lights : sensibiliser les publics aux économies d'énergie

Basée à Nice, Azzura Lights, Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) sensibilise enfants, adultes et entreprises aux économies d'énergie. Rencontre avec l'un de ses représentants, Gilberto Dias.

Plus d'infos :

www.azzura-lights.fr

 

Créer du lien entre entreprises et espaces naturels protégés

Gunnel Fidenti est Animatrice du Réseau Régional des Gestionnaires d’Espaces Naturels (RREN), pour l'Agence Régionale pour l’Environnement (Arpe) de Paca. Rencontrée au forum Reset – événement consacré à la Responsabilité sociétale des entreprise - à Marseille le 8 mars dernier, elle nous explique pourquoi les gestionnaires des espaces naturels protégés de la région souhaitent créer des liens avec les entreprises.

 

 

Plus d'infos :

www.renpaca.org 

www.arpe-paca.org

Pages