Actualités

Forum RESET : donner du sens à l'entreprise

1400 personnes ont répondu à l'appel du forum RESET, organisé le 8 mars, à Marseille. Bilan de cet événement national consacré à la Responsabilité sociétale des entreprises, avec son organisateur, Philippe Girard. La manifestation a réunis des structures comme le fournisseur d'énergie verte Enercoop, le réseau Aval Bio Paca ou encore la société d'autopartage Citiz.

Plus d'infos :

www.forumreset.com

Paul Watson ouvrira le festival de la Terre

Le festival de la Terre, aura lieu en Dracénie, Coeur-du-Var et Verdon, du 17 mars au 30 avril 2016. Le capitaine Paul Watson, fondateur et emblème de Sea Sheperd, ouvrira l'événement le jeudi 17 mars, à 20h, au complexe Saint-Exupéry, à Draguignan (Var).

Trois questions à...

Michel Berthelot, président de l'association Colibris 83, organisatrice du festival de la Terre.

Parlez-nous un peu de Paul Watson ?

Paul Watson défend depuis de nombreuses années la biodiversité et la mer. Il lutte contre la pêche illégal, et il est toujours à l'affut des bateaux de pêche qui ne respectent pas la loi. C'est un travail qui normalement incombe aux garde-côtes, mais apparemment ils ne le font pas toujours très bien.. Il est sous le coup de mandats d'arrêt, du Japon notamment, et ne peut plus prendre l'avion. Voilà pourquoi il est réfugié en France. C'est une figure importante de la protection de la nature, car quand on protège la mer on protège aussi la Terre. Elles sont dépendantes l'une de l'autre.

Pouvez-vous nous présenter le festival ?

Notre mission est de mettre en valeur les initiatives locales. Le festival a lieu autour de Draguignan, et s'étend jusqu'au Coeur-du-Var. On y fera des ciné-débats, des portes ouvertes chez des producteurs qui s'en sortent parce qu'ils ont choisi une filière bio et une commercialisation en circuit court... Ce sont des solutions que nous prônons durant tous le festival. Il y aura aussi des portes ouvertes chez des maraichers, des vendeurs de fruit, des éleveurs, etc. Il y a aussi un volet énergie durable : on s'intéressera à l'habitat participatif. On fera des visites de trois maisons isolées, dont une entièrement autonome. Un autre moment fort : Guillaume Bodin sera présent. Ce cinéaste nous parlera de son dernier film, Insecticide mon amour. Il sera aussi là lors de l'ouverture, le 17 mars.

Quel lien a le festival avec la Semaine sans pesticides, qui a lieu du 20 au 30 mars ?

Le festival existe depuis huit ans, et depuis le début nous sommes en partenariat avec la Semaine sans pesticides. Cela nous permet de mettre l'accent sur ce drame, puisque la France est l'un des premiers consommateur de pesticides. Génération Future, l'association qui a pris cette question à bras le corps, sera présente. Le film de Guillaume Bodin s'intéresse aussi aux viticulteurs, qui consomment beaucoup de pesticides.

Plus d'infos :

www.colibris83.org 

Au travail, « la femme est un homme comme les autres »

Pour cette journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous republions un article paru à l'automne dans le numéro 17 de Bretagne durable, intitulé : "Femmes, à quand l'égalité ?"

Pour une femme, travailler est désormais devenu la norme. Les femmes dirigent et créent des entreprises. Pour autant, comme le soulignent les chercheurs, tous s'accordent sur un point : les inégalités professionnelles sont bien réelles. A fonction et compétences égales : 20 % de salaire en moins en moyenne ! Valoriser le care1 ou instaurer la mixité au rang de principe de justice, la société doit faire ses choix.

« On m'a proposé deux postes lors de cet entretien : l'un en direction, très bien payé. Et l'autre en assistanat de direction, moins bien payé mais à 3 jours par semaine. Comme je veux être disponible pour mes enfants, j'ai choisi le second. » Cette histoire, on la connaît tous. C'est celle de Marie, 34 ans, bac + 5 en management, qui met « un peu sa vie professionnelle de côté pour bien s'occuper de ses (mes) enfants ». Mais Marie est très consciencieuse et, finalement, elle accumulera les heures supplémentaires, pour bien faire son travail. In fine : une carrière professionnelle à l'arrêt, des difficultés financières, une maman qui court et une femme frustrée. Bref, une réussite !

« Autocensure »

Pour Brigitte Grésy, inspectrice générale des affaires sociales et auteure de Petit traité contre le sexisme ordinaire (Albin Michel), il s'agit là « d'une deuxième forme de sexisme (ndlr, le premier revenant à la gente masculine à l’égard des femmes) : celui qu'on retourne contre soi-même. Cela veut dire que les femmes se limitent elles-mêmes, s'autocensurent, n'osent pas demander de promotion, d'augmentation. Comme si elles ne se sentaient pas assez légitimes pour le faire. » Mais attention, la féministe est loin de rendre les femmes responsables de cette situation, comme elel l'a expliqué dans un chat à nos confrères du Monde, au printemps dernier :

« Ce n'est pas une question de nature, mais c'est le poids de l'histoire. Les femmes sont de nouvelles entrantes sur le marché du travail. Elles n'ont pas encore la légitimité des hommes. »

D'ailleurs, les faits sont là. Selon le rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT), intitulé « Femmes d'affaires et femmes cadres : une montée en puissance », paru en janvier 2015, dans 80 des 108 pays -pour lesquels des données sont disponibles- la proportion de femmes dirigeantes a augmenté pendant ces 20 dernières années. Pour atteindre aujourd'hui.... à peine 5%, pour les PDG des plus grandes sociétés mondiales. Plus l'entreprise est grande, plus il est rare qu'elle soit dirigée par une femme.

Loin des lieux de décision

Dans les entreprises, les conseils d'administration entièrement masculins sont monnaie courante. Mais leur nombre diminue, les femmes parvenant à atteindre 20% ou plus des sièges dans quelques pays, dont la France. Najat Vallaud-Belkacem, lors de son passage au ministère du Droit des femmes, a modifié le profil des entreprises concernées par la loi Copé-Zimmermann et l'obligation d'atteindre 40 % de femmes dans les conseils d'administration d'ici 2040 ; ainsi que 40 % de femmes entrepreneures.

Pour autant, l'économiste Hélène Périvier, chercheure à l'Observatoire français des conjonctures économiques, à Sciences Po, déplore toujours une insuffisance de femmes dans les lieux de prises de décision :

« Le pouvoir ne se concentre pas dans les conseils d'administration, mais dans les comités de direction ou les conseils décisionnels des entreprises. Or, les femmes y sont insuffisamment représentées ! »

Blocages structurels

Autre chiffre édifiant : les femmes sont payées, à travail et compétences égales, près de 20 % moins cher que les hommes. Quant à leur place sur le marché du travail après leur maternité, d’après l’étude SOS Préma-institut des mamans, 36 % des salariées du secteur privé sont stressées à l’annonce de leur grossesse. 28 % ont trouvé un accueil défavorable à leur retour de congé maternité et 19 % estiment que cette période a eu un impact négatif sur la perception de leurs compétences.

Et lorsqu'on arrive au pouvoir politique : « Sur 197 pays, seuls 11 chefs d'État et 13 chefs de gouvernement sont des femmes, alors qu’elles sont aussi nombreuses que les hommes dans la population. Cela peut être interprété avec Rousseau, comme l’expression de l’incapacité des femmes à être des êtres de raison et de pouvoir, ou comme le résultat de blocages structurels », résume Réjane Sénac, chercheure CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po, spécialiste du genre et des inégalités.

 

1Le care est un mot anglais qui n'a pas d'équivalent en français. Il s'agit d'avoir le «souci des autres » (être à l'écoute, assurer le suivi médical, nourrir...) : ses enfants, ses parents, sa famille...   

 

Henry Augier en dédicace à la librairie de l'Arbre, à Marseille

L'intellectuel et militant écologiste Henry Augier dédicacera ses ouvrages, jeudi 17 mars, à la librairie de l'Arbre, à Marseille. L'écrivain est à la tête de l'Union calanque littoral, qui a déposé un référé pour annuler l'arrêté préfectoral du 28 décembre dernier. Ce texte autorise l'industriel Alteo à rejeter ses effluents d'alumine dans les eaux du parc national des Calanques. Dans un communiqué, l'association dénonce un « permis de polluer et de tuer la flore et la faune marine avec la bénédiction des autorités de l'État ».

Henry Augier est maître de conférence à la faculté des sciences de Marseille-Luminy et professeur de l'École nationale des travaux publics de l'État. Jeudi, il dédicacera ses quatre derniers ouvrages de vulgarisation scientifique : Calanques, scandales et laxisme d'un parc national ; Climat, un scandale planétaire ; PCB, des polluants invisibles et polluants et Des égouts sous la mer.

Jeudi 17 mars, à partir de 18h30, à la librairie de l'Arbre, à Marseille.

Plus d'infos :

http://libreetsolidaire.blogspot.com

http://librairiedelarbre.blogspot.com

Conférence avec Jean-Louis Etienne, le 10 mars, 20 h, à Mazan (84)

Provence Durable organise,jeudi 10 mars,  à Mazan (84) une conférence sur le thème climat et biodiversité avec le célèbre explorateur écologiste, Jean Louis Étienne. Urgence d'agir pour le climat, biodiversité et engagements citoyens seront au programme des trois tables-rondes de la soirée. Outre Jean-Louis Étienne, interviendront l'écrivain-paysan André Bucher et plusieurs scientifiques. Des temps d'échanges avec le public seront bien-sûr prévus. Nombre de places limité ! Pensez à réserver !

1ere table-ronde, Climat : l'urgence d'agir !

Jean-Louis ÉtienneWolfgang Cramer, géographe, écologue, directeur adjoint scientifique de l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie Marine et Continentale (IMBE) et membre du Groupe régional d'experts sur le climat en Paca (GREC-PACA) ainsi que Claude Holyst, directeur de l'Agence régionale pour l'environnement en Paca (ARPE-PACA)

 Réponses des intervenants aux questions du public

                              Entracte

2eme table ronde, La biodiversité et l'Homme face aux bouleversements climatiques
Jean-Louis Etienne
André Bucher, paysan-bucheron-écrivain et Marie Jacqué, sociologue de l'environnement à l'Université Aix-Marseille et membre du Groupe régional d'experts sur le climat en Paca (GREC-PACA)

Réponses des intervenants aux questions du public

3eme table ronde, S'engager pour sa région

Réponses des intervenants aux questions du public

Et aussi...
- Dès 19h faites dédicacer les livres que vous achetez sur le stand des libraires : séance dédicace avec André Bucher et Jean-Louis Etienne !
- Entre 18H30 et 19h45 et durant l’entracte : massages-bien-être Sports et Massages 84

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Partenaires de cet événement :

Conseil Général du Vaucluse - www.vaucluse.fr / l'ARPE PACA - ​www.arpe-paca.org / Airpaca -  ​www.airpaca.org 
SMAEMV - 
www.smaemv.fr / Le domaine Plein Pagnier - www.plein-pagnier.com / La Grihete - www.la-grihete.com / Les jardins de Solev -www.jardins-solev.com / "Sports et massages 84"

Venez "Rallumer l'espoir" avec Jean-Louis Etienne

Nous vous attentons nombreux, jeudi prochain, à Mazan pour la conférence que donnera Jean-Louis Etienne  sur le théme "climat et biodiversité". En l'attente de cet événement, nous publions ci-dessous l'intégralité de l'entretien que nous a accordé l'explorateur pour le numéro d'été 2015 de Provence Durable. Une interview qui donne un avant-goût des thèmes qui seront abordés le 10 mars. 

Plus d'infos sur la conférence : www.provence-durable.info/conference-10-mars

Jean-Louis Étienne est médecin, spécialiste en nutrition et biologie du sport. Cet ancien directeur de l’Institut Océanographique de Monaco a mené de nombreuses expéditions en Himalaya, au Groenland, en Patagonie. En 1986, il est le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire. En 2010, il réussit la première traversée de l’Océan Arctique en ballon. Il vient de sortir Persévérer, aux éditions Paulsen, une ode au courage !

PCE Durable : Quels rôles jouent les océans dans la régulation du climat ?

JLE : En lien avec l’atmosphère, l’Océan gouverne le climat. Il joue le rôle de tampon thermique, de régulateur. Il distribue également la chaleur et en absorbe de grandes quantités. Ainsi, 93 % de l’excès de chaleur est absorbé par l’Océan. Conséquences : la montée du niveau de la mer (3,2 mm par an), l’érosion des côtes ou la submersion des villes basses. C’est encore un formidable puits de carbone car le CO2 se dissout dans la mer et le phytoplancton (des algues microscopiques), par photosynthèse, absorbe ce CO2. C’est le départ de la vie. Or un excès de CO2 dans l’eau conduit à l’acidification des océans. Ce phénomène menace la vie calcaire. Pour préserver le climat, il faut donc protéger l’Océan ! Dont la faune et la flore marines. En effet, l’homme a besoin de l’ensemble du vivant pour réussir cette tâche colossale. Autrement dit, l’homme doit organiser une co-évolution avec la nature, pour protéger la biodiversité marine.

 PCE Durable : À l’heure du dérèglement climatique, comment se porte l’Océan Arctique ?

JLE : À l’échelle planétaire, le constat est sans appel : + 0,8°C de hausse moyenne en 100 ans. Si cette hausse ne nous apparaît pas perceptible pour l’instant, elle est pourtant bien réelle, comme si la terre avait une légère fièvre. Les régions polaires – dont l’Arctique – en sont les premières affectées. Illustration : cette région est en train de changer de couleur. Avant, son Océan était recouvert par la glace durant la grande majorité du temps et se teintait de blanc. Désormais, la neige arrive plus tard, repart plus tôt. Par conséquent, la banquise se réduit. Il y a de plus en plus de zones sombres ; provoquant un moindre réfléchissement solaire. Quant au permafrost, ce terrain gelé, il est affecté lui aussi. Il fond de plus en plus, en libérant une grande quantité de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane, les fameux gaz à effet de serre. Là-bas, on assiste à une accélération du réchauffement climatique, avec une hausse moyenne qui a atteint jusqu’à 4°C en 60 ans ! C’est le phénomène d’emballement climatique. Lors de vos conférences, vous dites : « Nous avons laissé la porte du frigo ouverte », estce bien de cela dont il s’agit à présent ? Oui ! Et cette quantité de froid va manquer à équilibrer la chaleur tropicale. En médecine, on commence maintenant à parler de complications dues à une fièvre chronique, en lien avec le dérèglement climatique. Et des conséquences bien visibles : plus de cyclones, davantage de pluies diluviennes, de phénomènes extrêmes… Plus ça chauffe sur l’Océan et plus il y a d’évaporation et de précipitations. D’une certaine manière, nous observons aussi une accélération du cycle de l’eau. Ainsi, une hausse de la température en mer, proportionnelle au réchauffement, conduit à plus de cyclones et de tempêtes tropicales, comme aux Antilles où ces derniers surviennent par la libération brutale et massive de cette chaleur accumulée à la surface de l’Océan.

PCE Durable : Lors de vos conférences, vous dites : «Nous avons laissé la porte du frigo ouverte», estce bien de cela dont il s’agit à présent ?

JLE : Oui ! Et cette quantité de froid va manquer à équilibrer la chaleur tropicale. En médecine, on commence maintenant à parler de complications dues à une fièvre chronique, en lien avec le dérèglement climatique. Et des conséquences bien visibles : plus de cyclones, davantage de pluies diluviennes, de phénomènes extrêmes… Plus ça chauffe sur l’Océan et plus il y a d’évaporation et de précipitations. D’une certaine manière, nous observons aussi une accélération du cycle de l’eau. Ainsi, une hausse de la température en mer, proportionnelle au réchauffement, conduit à plus de cyclones et de tempêtes tropicales, comme aux Antilles où ces derniers surviennent par la libération brutale et massive de cette chaleur accumulée à la surface de l’Océan.

PCE DURABLE : Êtes-vous inquiet pour la planète, pour l’homme ?

JLE : Je suis réaliste plus qu’inquiet. Le climat a une inertie colossale. Il faut donc agir tout de suite pour réduire l’impact du changement et ses conséquences. Si l’on suit les préconisations du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), qui consistent à limiter au maximum à + 2°C en moyenne le réchauffement climatique d’ici la fin du siècle, alors il convient de laisser 75% des ressources fossiles dans le sol. J’ai malheureusement bien peur que cela soit très compliqué à court terme. En Europe par exemple, la Pologne produit 93% de son électricité par le charbon… Leur dire d’arrêter net serait par ricochet couler le pays. D’où l’importance de la transition à mettre en œuvre. Car chacun doit prendre sa part et se tourner vers les énergies renouvelables. Celles-ci ne représentent que 20% du mix énergétique dans le monde. Dès à présent, les économies d’énergie sont le gros levier d’action. Peu de gens ont conscience de l’importante quantité d’énergie qu’ils consomment au quotidien. J’ai fait de nombreuses expéditions durant lesquelles on rationalisait l’énergie… C’est lorsque nous n’avons plus d’énergie abondante que nous prenons conscience de l’importance de ne pas la gaspiller ! 

Pages