Actualité

Des montagnes et des hommes

Provence Durable a lu La Montagne de la dernière chance, huitième roman de l'écrivain-paysan André Bucher. Les existences cabossées y côtoient une nature aussi fascinante que malmenée...  

Geffray est un petit délinquant des villes amené à rejoindre les grands espaces pour changer d’atmosphère. Il part travailler aux côté de Louis et Pauline, paysans. Endettés, ces derniers sont contraints de vendre leur ferme à Georges, un entrepreneur animé par des desseins grandioses pour qui Louis et Geffray vont devoir travailler.

Une montagne vivante 

Le huitième roman de l’écrivain-paysan André Bucher débute dans l’enfermement d’une cellule pour vite s’ouvrir sur les étendues libératrices de la Haute-Provence. L’auteur, dans une langue riche et poétique, orchestre l’eau, le ciel et les montagnes, les rendant vivants dans un esprit parfois proche des descriptions de Jean Giono. La nature est ici un personnage à part entière, silencieux mais bien vivant, qui accompagne les trajectoires des protagonistes à la poursuite de leur dernière chance. Tous s’affairent autour d’un canyon que Georges, mû par un désir obsessionnel, souhaite remodeler. La référence à Moby Dick de Melville poursuivra le lecteur durant toute la le livre. Une fois encore, André Bucher « transcende le réel » et tente – par une langue imagée - « d’améliorer la vie ». Il crée par les mots des tableaux contrastés dans lesquels transparaît un paysage rude et millénaire confronté aux existences fugaces et parfois cabossées des hommes. 

La montagne de la dernière chance, A. Bucher, Le Mot et le reste, janvier 2015, 152 pages, 15 euros

Retrouvez André Bucher sur son blog