Actualité

Plein Pagnier : vignoble familial pionnier de la bio

Plein Pagnier est un domaine familial de douze hectares, situé sur les hauteurs de Mazan, dans le Vaucluse (84). Geneviève Marchesi en est la propriétaire et l'exploitante. Le 15 juin dernier, Sans Transition ! s’est rendu sur ces terres viticoles de Provence, certifiées bio depuis trente ans. Un héritage familial toujours plus soucieux de l’environnement.

 

Mercredi 15 juin, début d’après-midi. Le soleil brille sur le domaine Plein Plagnier. Un chemin dissimulé par des arbres conduit à la propriété de l’agricultrice Geneviève Marchesi. Lorsque ce passage étroit prend fin, la nature se dévoile, comme un souffle d’air pur. Cerisiers, oliviers et vignes bio en terrasse s’étendent à perte de vue tout autour de la propriété. Un jeune homme, se tient devant la porte d’entrée, carton de cerises dans les mains. C’est Edouard, le fils de de la cheffe d'exploitation. Il travaille depuis trois ans sur le domaine Plein Pagnier et développe son vin rouge. Derrière lui, sa mère apparaît souriante, les bras chargés de draps pour ses hôtes. Assise dans le jardin en vis-à-vis des vignes, elle explique : « C’est une propriété familiale. Les vignes sont celles que mon grand-père a plantées il y a 50 ans. Toute la  famille participe à cette aventure. Mes enfants ont rassemblé leur énergie et se sont chacun impliqués différemment. ». Leurs activités sont multiples. Chambres d’hôtes avec vue imprenable sur le Mont Ventoux à l’arrière de la maison, dégustation de vins et de jus bio, activités pédagogiques, visite de la propriété agricole ou encore marché des Producteurs de Pays. « La diversification est un souhait de partages, de sensibilisation, de rencontres et d’enrichissements. Les hébergements sont des bouffées d’air frais dans l’agriculture. L’humain est primordial », explique Geneviève Marchesi.

Le bio, une évidence           

Dans une grange située face à la maison, des cagettes empilées prennent tout l’espace. A l’intérieur, Edouard trie les cerises ramassées le matin, à l’abri du soleil. Elles seront livrées à un client le soir-même, à Paris. Leur démarche s’inscrit dans la recherche de la qualité. « Nous produisons, nous conditionnons et vendons nous-mêmes. C’est un travail d’équipe », confie Geneviève. Son objectif ? Apporter sa pierre à l’édifice familial en s’engageant toujours davantage en faveur de l’environnement. « Récupérer une propriété bio était une opportunité. En suivant cette éthique, mon fils et moi souhaitons adopter la biodynamie sans limite. Mais ce mode de culture est très précis. Nous espérons développer davantage notre approche ».

Une montagne de terre et de graviers se trouve à quelques mètres de la propriété. « Nous souhaitons réaliser une cave semi-enterrée, afin d’utiliser un espace où rien ne pousse. C’est une façon de conserver le vin dans de bonnes conditions », précise-Geneviève. La dernière étape d'un projet de vie. « Car, pour l'exploitante,  l'agriculture est plus qu'un travail. C'est une activité vivante permettant de s'engager concrètement en faveur de l'environnement. »

Plus d’infos :

www.bienvenue-a-la-ferme.com/provence-alpes-cotes-d-azur/ferme-domaine-de-plein-pagnier-266715/contact_plan_acces

www.plein-pagnier.com/

 

Caroline Sénécal